Ecole nationale supérieure d'archtecture de ToulouseUniversité de ToulouseMinistère de la culture et de la communication
      Recherche
Français | English


ENSA Toulouse
83 rue Aristide Maillol
BP 10629
31106 Toulouse cedex 1
France
Tél. : 33 (0)5 62 11 50 50
Fax : 33 (0)5 62 11 50 99

ensa@toulouse.archi.fr


Mentions légales


Accueil | Actualités

Actualités: 

Conférence par Yves Lo Pinto

Marianne Peretti, artiste franco-brésilienne, au cœur d’un dialogue cordial Art/Architecture avec Oscar Niemeyer par par Yves Lo Pinto, journaliste et diplomate.

Conférence le 6 déc. 2018 à 18h30 salle 1.


Marianne Peretti, artiste franco-brésilienne, Illustratrice, dessinatrice, peintre, sculpteur, décoratrice d’intérieur, créatrice design, auteure de vitraux et de panneaux-sculptures monumentaux, occupe une place particulière dans l’histoire de l’art du 20ème siècle.
Actuellement plutôt inconnue en France qu’elle a quittée au milieux des années 50s séduite par la lumière des Tropiques, et, pas assez reconnue au Brésil aujourd’hui même, « la jeune sœur des poètes de Saint-Germain-des-Prés » a, très tôt, passé un pacte avec le désir constant de surprendre. Cette artiste aux multiple talents, animée d’un esprit de recherche continuel, crée des univers singuliers marqués par sa double culture. A l’originalité de ses solutions plastiques, elle mêle son goût pour l’élégance, l’équilibre et la simplicité, son amour de la courbe et des beaux matériaux, son talent de coloriste, son sens du monumental, et, plus encore son esprit des lieux.
Dès 1967, elle s’intéresse au travail avec des verres de couleurs, art peu prisé au Brésil, et conçoit son premier vitrail. « La dompteuse de lumière » vient de trouver son vecteur de prédilection qui l’amènera à la création du « vitrail des tropiques », basé sur un dessin spontané, une transparence allègre, un rapport intérieur/extérieur rénové ainsi qu’un jeu délicat de divers plans. Il s’agit d’un langage esthétique très personnel autorisant toutes les audaces. Marianne Peretti pense le vitrail en sculpteur.
C’est à partir de 1974 que se développera un exceptionnel, fructueux et complice dialogue entre Arts et Architecture lorsqu’elle intègre le cercle fermé des artistes masculins qui accompagnent, à Brasilia, l’architecte Oscar Niemeyer dans la seconde phase de la construction de la nouvelle capitale brésilienne.
Trente ans d’une collaboration subtile et cordiale illustrée par leur chef d’oeuvre commun : la Cathédrale de Brasilia dont la construction est achevée en 1959 et qui va recevoir, en 1989, les 2240 m2 d’une verrière ajourée poétique, véritable « océan de lumière ». « Un chef d’oeuvre mondial du vitrail du 20ème siècle » pour l’INHA et qui lui vaut de figurer, en compagnie de Chagall et Matisse, au sein d’une courte liste composée de neuf artistes internationaux auteurs de vitraux les plus remarquables du siècle dernier, établie par une revue d’art nord-américaine, au début de cette année.
Le dentelier du MUCEM, Rudy Ricciotti, résume : « Madame Peretti a su ne jamais porter atteinte au travail de l’architecte et, à la fois, échapper à la puissance du maître, tout en conservant intacte sa propre liberté de création ».
A l’instar de Marianne et d’Oscar, effectivement, un architecte et un artiste peuvent travailler ensemble et atteindre un niveau de collaboration transgressant toute hiérarchie professionnelle ou dogmes esthétiques.
Souvent, cette artiste totale, flirte avec « la synthèse des arts » prônée par Le Corbusier. Marianne Peretti, définit peut-être, en toute discrétion, le cadre vivant d’un « art pour tous » ayant le don de surprendre constamment. »